Qatar Arc Trials : les réactions des entourages

11 septembre 2017

Photo scoopdyga.com

Retour sur les courses des Qatar Arc Trials, dimanche à Chantilly, avec les réactions des entourages des meilleurs chevaux...

Qatar Prix Vermeille (Gr1)

Francis-Henri Graffard, entraîneur de Bateel (1re) :

« Pour gagner une course comme celle-là, il faut mettre tous les atouts de son côté. Elle adore les terrains souples. C'est une jument qui a beaucoup de caractère, l'équipe a fait un beau travail avec elle. Son cavalier d'entraînement la connait par cœur. Elle avait bien travaillé en vue de cette épreuve. Pierre-Charles lui a donné un bon parcours car il n'a pas lâché Journey. C'est une jument qui a beaucoup de tenue et cela a parlé pour finir. 

Elle n'est pas engagée dans l'Arc. Au moment des engagements, elle n'était pas de ce niveau-là. La pouliche dispose d'une autre option à Ascot. Elle court bien sur la fraîcheur et l'Arc est dans trois semaines. Je suis prêt à la supplémenter si elle est bien mais nous allons discuter avec ses propriétaires. Aujourd'hui, elle était tendue au rond mais ce n'est pas du mauvais stress. D'ailleurs, le défilé s'est plutôt bien passé. »

Lanfranco Dettori, jockey de Journey (2e) :

« Elle a très bien couru mais elle est battue par une pouliche avec une meilleure aptitude au terrain. Elle va désormais viser les British Champions Fillies and Mares Stakes en octobre à Ascot. »

Carlos Laffon-Parias, entraîneur de Left Hand (3e) :

« Aujourd'hui, Left Hand a battu la pouliche qui venait de la dominer à Deauville [Ajman Princess, ndlr]. Elle a eu un parcours limpide, mais les 2.400m sont peut-être le bout du monde pour elle. Elle a eu une course régulière et elle a fait une bonne performance face à de très bonnes pouliches. Nous la reverrons sans doute dans le Prix de l'Opéra Longines (Gr1). »

Nicolas Clément, entraîneur de Traffic Jam (4e) :

« Traffic Jam a donné des émotions à ses propriétaires. Il s'agissait d'un premier Gr1 pour eux et pour la pouliche. Elle confirme sa performance du Pomone. Nous sommes ravis. Pour le moment, nous allons la laisser se reposer et réfléchirons à son programme ensuite. »

Lisa-Jane Graffard, représentante de Godolphin, propriétaire de Strathspey (5e) :

« Elle court bien. Elle n'a pas eu le parcours idéal mais a trouvé son rythme pour bien finir. En soit, le Prix Vermeille était un objectif donc nous verrons pour la suite. Nous sommes satisfaits. »

Qatar Prix Niel (Gr2)

Anthony Oppenheimer, propriétaire de Cracksman (1er) :

« C'est un très bon cheval. Il n'est pas loin d'être aussi bon que Golden Horn à la même période. C'est en tout cas ce que disent les ratings. Concernant l'Arc, Dettori sera en selle sur un autre cheval. Et je pense que Cracksman n'aimerait pas être monté par un autre pilote. Il y a beaucoup de bons jockeys, mais il n'y a qu'un seul Frankie. Cracksman est en plein progrès. Dans le Derby d’Epsom, il était encore immature. Il a pris de la force depuis et progresse de semaine en semaine. En venant ici, nous ne voulions pas avoir une course dure car il n'est pas prêt pour cela, physiquement comme psychologiquement. C'est ce qui s'est effectivement passé. L'objectif est de le préserver pour son année de 4ans. Il ne courra donc pas l'Arc 2017. Lui donner une course dure cette année, c'est compromettre sa saison de 4ans. Ne pas courir cette année est forcément un risque car beaucoup de choses peuvent arriver avec un cheval. Mais c'est un risque que je suis près à prendre. Il reviendra ici à 4ans. »

Lanfranco Dettori, jockey de Cracksman (1er) :

« Il a bien couru aujourd'hui et il le fait bien, malgré un terrain trop lourd pour lui. Je ne pense pas qu'il batte un lot très relevé. C'est un poulain qui progresse, et il sera encore meilleur à 4ans. Il prend de la force. Il n'est pas simple de le comparer à Golden Horn car ce dernier était beaucoup plus mature à cette période de l'année que Cracksman. L'Arc ? C'est son propriétaire et son entraîneur qui décideront. En ce qui me concerne, je serai en selle sur Enable dans le Gr1. Elle a remporté quatre Grs1 avec beaucoup de marge à chaque fois. Je suis en tout cas ravi que Cracksman reste à l'entraînement à 4ans. »

Lisa-Jane Graffard, représentante de Godolphin, propriétaire d’Avilius (2e) :

« Ce que fait le cheval aujourd'hui, c’est très bien. Nous sommes vraiment très contents. Il a bien progressé toute l'année et nous attendons de le voir l'an prochain. Il est trop tôt pour décider s'il courra l'Arc ou non. Cela dépend aussi des conditions du terrain. Peut-être que si le terrain est vraiment très souple, nous nous laisseront tenter. Il faut déjà qu'il récupère de cette course… »

Vincent Cheminaud, jockey de Finche (3e) :

« Le cheval court très bien. C'est le terrain qui l'a réellement desservi. Je n'ai pas insisté. Je savais que les deux premiers appréciaient ce terrain. J'ai pensé au futur en faisant bien travailler Finche pour sa prochaine course. »

Qatar Prix Foy (Gr2)

Horst Pudwill, propriétaire de Dschingis Secret (1er) :

« Nous devrions le revoir dans l'Arc et ce sera notre première participation. Aujourd’hui c'était son terrain et il prendra part à la grande épreuve si le terrain est assez souple. Il ne courra pas si le terrain est rapide. S'il pleut, mon représentant peut monter sur le podium de l'Arc. Mais on ne sait jamais. Regardez l'histoire de Danedream. Nous espérons donc qu'il pleuvra d'ici là. C'est un cheval qui s'améliore avec l'âge et il n'aime que les parcours corde à droite. Ce dimanche, il était très clairement au-dessus. »

Lisa-Jane Graffard, représentante de Godolphin, propriétaire de Cloth of Stars (2e) et Talismanic (3e) :

« Cloth of Stars n'avait plus couru depuis le Prix Ganay, le 1er mai. Il avait besoin d'une course. Mais c'est très bien. Il va monter en condition pour l'Arc. 

Talismanic fait une très bonne valeur comme toujours. Il est juste en dessous des chevaux-là. Il ne va pas courir l'Arc. Mais il y a d'autres courses pour lui sur 2.400m à l'étranger. »

Christophe Lemaire, jockey de Satono Diamond (4e) :

« J’ai l’impression que tout le monde se pose des questions sur le leader, qui a avancé par à coups. Peut-être, mais nous sommes allés à un rythme régulier avec Satono Diamond. Il a pris quatre ou cinq bols d’air durant le parcours. Je crois qu’il manquait de rythme ainsi que de condition. Cela n’est pas optimal dans ce terrain-là. Il n’a pas couru depuis mai et a manqué des ressources nécessaires dans les 200 derniers mètres. Dans ces conditions et face à des chevaux de Groupe 1, nous sommes à notre place. Cette course va lui faire du bien et l’avancer, lui ouvrir les poumons. Je pense qu’il répondra mieux dans trois semaines. Cependant, si le terrain venait à s’alourdir, cela ne serait pas bon pour nous. »

Qatar Cup-Prix Dragon (Gr1 PA)

Julian Smart, entraîneur d’Ebraz (1er) et de Gazwan (3e) :

« Ebraz et Gazwan vont courir la Qatar Arabian World Cup avec un leader, vraisemblablement Ba’Sil. Ebraz n'est pas très avancé en condition et il va progresser cette course. C'est un très bon cheval qui fait tous les terrains. La distance de la World Cup est parfaite pour lui. Je n'aime pas m'exprimer ainsi mais à ce stade, je pense que c'est le meilleur 4ans que j'aie entraîné. Pour la grande épreuve, je pense qu'il faut se méfier de Tayf et des chevaux de Thomas Fourcy. J'ai gagné trois fois cette course, mais uniquement avec des femelles. J'espère qu'Ebraz sera le premier mâle à nous offrir la victoire. »

Alban de Mieulle, entraîneur de Yazeed (2e) : 

« Il court très bien pour sa rentrée. Il bat Gazwan, qui est un très bon cheval, mais le gagnant était au-dessus aujourd'hui. Le cheval avait vraiment besoin de reprendre la compétition. On sent qu'il était rouillé. Yazeed a été longtemps sur la touche car il avait un mauvais abcès au pied qui a mis du temps à sortir. Nous avons donc dû tout arrêter et attendre. Il aurait pu faire sa rentrée il y a trois semaines, mais j'ai préféré attendre cette épreuve et aller ensuite sur la belle. J'espère que cela me donnera raison. Il va courir la Qatar Arabian World Cup où nous aurons aussi Tayf, qui est très différent : lui ne montre rien le matin, il est très froid et fait le minimum. Avec Tayf, il faut venir au dernier moment, alors que Yazeed a beaucoup de coeur. »

Thomas Fourcy, entraîneur de Al Hayyem (4e) :

« Le cheval fait sa course. À 800m du poteau, il est presque battu, et on pouvait penser que cela allait être compliqué. Mais il est allé jusqu'au bout. Il est juste en dessous des bons. C'est un cheval qui a toujours couru un peu partout pour éviter les bons chevaux. Maintenant je n'ai plus trop le choix. J'ai essayé cette course. C'est un cheval qui va rester tranquille jusqu'à la fin de l'année. Nous reviendrons l'année prochaine, à l'étranger, dans des courses intermédiaires. C'est un cheval pratique, maniable, qui peut adopter toutes les tactiques. La seule chose est qu'il est limité par les très bons et qu'il faut les éviter. »